Le SSD du pauvre

Un de mes amis possède encore son netbook Dell Mini 9. Or, il y a un an ou deux, le SSD bon marché à l’intérieur a rendu l’âme (même le BIOS voit le disque dur comme étant de capacité 0 MB).

J’avais entretenu l’idée de ressusciter cet ordinateur pour un usage de serveur ou «media center» ou autre chose en live USB, mais ce n’était qu’une idée. Récemment, l’ami en question a décidé de tenter la chose et s’est procuré une clé USB, amenant le coût total de la réincarnation à environ 10 dollars.

J’ai d’abord tenté de faire fonctionner le tout simplement en créant un live USB Fedora 16 «persistant», malgré les limitations inhérentes de cette approche, comme le fait que l’espace ne se libère jamais même si on supprime les fichiers:

One very important note about using the “primary” persistent overlay for system changes is that due to the way it’s currently implemented (as a LVM copy-on-write snapshot), every single change to it (writes AND deletes) subtracts from its free space, so it will eventually be “used up” and your USB stick will no longer boot

… puis j’ai rencontré une embûche qui avait échappé à ma planification: la carte sans fil était une Broadcom 4312 (donc nécessitant un module kernel non-libre).

Utilisant mon téléphone android (acheté d’occasion l’été dernier) pour partager la connexion WiFi par USB, je tentai néanmoins d’installer «akmod-wl» de rpmfusion (c’est le paquet pour faire marcher les chips Broadcom sous Fedora. Oubliez les kmod-wl). Cependant, une fausse manipulation mit l’ordinateur en veille, et il ne voulait plus se réveiller correctement par la suite. Comme le barbare que je suis, j’ai croisé les doigts, éteint de force et redémarré le système… pour constater que le système de fichiers de la clé USB était corrompu.

Après quelques minutes de réflexion pondérées de «FFFUUUU», j’ai retourné le problème dans un sens moins conventionnel. Le «live USB» n’est pas la solution. «Installer vers la clé USB» est la solution.

Il nous faut donc utiliser deux clés USB:

  • L’une pour booter et lancer l’installation
  • L’autre (une clé 16 GB vierge, sans aucune partition dessus) qui sert comme cible d’installation. Il a fallu la partitionner comme suit: une partition de type «BIOS BOOT» de 2 MB, une partition swap de 50 MB (juste parce que Fedora insiste pour me faire croire qu’il faut plus d’un gigaoctet de mémoire pour installer… donc à désactiver post-installation) et le reste en ext4.

… et ça marche. Après l’installation, j’ai effectué quelques hacks pour améliorer la performance et augmenter un peu (en théorie) la durée de vie de la clé USB:

  • Modifier /etc/fstab pour désactiver le swap et ajouter l’option «noatime» à la partition /
  • Désactiver presto dans /etc/yum/pluginconf.d/presto.conf
  • Désactiver le firewall et selinux
  • Supprimer abrt

Après avoir fait fonctionner la carte sans-fil Broadcom, il ne restait qu’à appliquer les ~400 mises à jour, rajouter LibreOffice et les plugins GStreamer. Heureusement que j’avais désactivé presto et fait effectuer cette opération durant mon sommeil: le tout a nécessité un peu plus de six heures (processeur Atom N270 et lenteur de clé USB obligent)!

L’aspect intéressant de tout ça est que nous sommes maintenant en présence d’un véritable système d’opération USB portable, sans les limitations d’un live USB persistant conventionnel. Peu importe dans quel ordinateur on le branche. C’est quand même pas mal moins cher qu’un «Cotton Candy» quand on y pense.

7 thoughts on “Le SSD du pauvre

  1. Sympa la bidouille.
    Mais j’espère que la clé de 16GB est une bonne, car j’ai eu de mauvaises expériences (comme je le dis sur mon blog) avec les modèles de supermarché : c’est lent et ça dure pas 1 an avant de rendre l’âme.

  2. Moins cher qu’un Cotton Candy, mais ce dernier peut fonctionner tout seul – tout comme le Raspberry Pi qui est beaucoup moins cher, mais qui est livré sans boîtier…Et la clé USB necéssite d’avoir un kernel plutôt bien fourni en pilotes si on veut pouvoir la booter sur n’importe quel PC. Mais c’est vrai que c’est bien pour recycler une vieille clé USB après en avoir acheté une nouvelle avec une capacité plus élevée.
    Pour augmenter la durée de vie de la clé USB, il me semble que ça pourrait être intéressant de désactiver la journalisation sur certaines partitions mais ça peut être dangereux en fonction de la partition visée. Et je ne sais plus si c’est déjà fait par défaut pour Fedora, mais monter /tmp en tmpfs peut aussi aider. Et peut-être si certains programmes ajoutés post-installation (je crois que les «basiques» ne le sont pas trop) sont particulièrement bavards, modifier la fréquence à laquelle ils écrivent dans les logs.

  3. “Peu importe dans quel ordinateur on le branche”

    Euh… je doute
    Essais sur une machine avec une config complètement différente, ton fedora va faire la tronche en theorie…

  4. Ouais, je suis conscient que les clés usb de supermarché, c’est pas ce qu’il a de plus fiable ;)

    Essayer avec une machine complètement différente: tant qu’on utilise des pilotes graphiques libres (autoconfigurés), j’ai jamais eu de problèmes sur ce point. En fait, j’ai fréquemment changé d’ordinateur portatif (ou transplanté d’un ordinateur de bureau à un autre, avec carte mère/prosso/carte graphique complètement différents) simplement en transplantant le disque dur.

    Linux est très flexible, à peu près tout est détecté à la volée de nos jours. C’est pas Windows XP (qui rhâle à mort si on change de carte mère/qui va nous sortir des avertissements WGA/qui ne bootera pas/etc.).

  5. C’est pas mal en effet, je faisais la même chose à mon ancien taf, sur un HDD externe branché sur un pc lui même connecté à l’adsl, j’avais installé ubuntu, c’était top mais je confirme, démarrer sur une machine ayant un autre chipset à fonctionné mais le retour sur la machine d’origine m’a posé des soucis.

  6. C’est vraiment lent, je confirme.

    C’est une clé USB Kingston 16G que j’ai acheté en 2010, parfait état.

    Je reviens après avoir fait un chrono du boot+login.

  7. Je confirme, c’est hyper lent! Un bon 2 minutes pour booter!

    Suffisant pour écouter des films en streaming dans mon lit, mais c’est chiant aussi de pas pouvoir pluger la clé USB dans un autre ordi et y domper du matériel comme si c’était un usb ordinaire.

    Un gros 3/10 pour le résultat, 10/10 pour le prix. Je ne recommanderais jamais ce bricolage à quelqu’un.

Comments are closed.